Tout savoir sur les frais de commission d’intervention

En cas de découvert bancaire, il est possible que votre banque procède au prélèvement de certains frais. Parmi ceux-ci, on a les frais de commission d’intervention bancaire. Ces frais peuvent facilement causer de désaccord entre vous et votre banquier si vous étiez dans l’ignorance. Mais, de quoi s’agit-il en réalité ? À combien s’élèvent ces frais ? Tout savoir dans cet article.

Qu’est-ce qu’une commission d’intervention ?

Encore appelée frais de forçage, une commission d’intervention est un frais que prélève la banque à la suite d’un paiement non ordinaire sur votre compte. Généralement, cela se produit lorsque le solde du compte en question n’était pas créditeur au moment de l’opération. Ainsi, la banque se propose à vous avancer le montant manquant pour lequel elle facture des intérêts débiteurs.

A découvrir également : Comment faire le dépôt d'un chèque dans une banque en ligne ?

Quand est-ce que la banque facture une commission d’intervention ?

Une commission d’intervention peut être prélevée selon deux cas de figure. Le premier cas est mis en jeu lorsque vous êtes à découvert, mais que vous n’avez pas de découvert autorisé. Le cas échéant, toutes les fois que vous effectuez une opération sur le compte, votre découvert non autorisé s’aggrave. Dès lors, la banque vous facture une commission d’intervention.

Dans le second cas, la commission d’intervention sera facturée lorsque vous dépassez votre découvert autorisé et tombez dans le découvert non autorisé. Supposons que votre découvert autorisé est 300€. Si vous l’atteignez et vous faites par la suite un paiement de 80€ par exemple, votre compte se retrouve à -380€ avec 80€ de découvert non autorisé. La banque facture alors des frais de commission d’intervention chaque fois que vous faites un autre retrait ou paiement.

A voir aussi : Comment contester les frais de banque ?

Quel est le plafonnement des frais de commission d’intervention ?

Le plafonnement des frais de commission d’intervention a été institué depuis janvier 2014. En effet, ces derniers sont dorénavant fixés à 8€ pour chaque opération, ce qui équivaut à 80 € par mois. Cependant, pour les personnes ayant une situation financière peu reluisante, le plafond pour chaque opération est de 4€, soit 20€/mois. Malgré cette minoration des frais de commission d’intervention, plusieurs Français estiment qu’ils sont chers. De plus, l’UNAF, c’est-à-dire l’Union National des Associations Familiales dénonce que cette initiative des banques reste une pratique illégale.

Comment éviter les frais de commission d’intervention ?

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, il existe plusieurs façons d’éviter les frais de commission d’intervention. D’abord, vous devez procéder à une consultation régulière de votre compte. Ainsi, vous pourrez avoir une idée nette sur toutes vos opérations au risque de vous trouver à découvert. Ensuite, vous pouvez conserver sur vous un peu d’argent, notamment sur un livret. Cela vous permettra d’avoir de quoi verser dans le compte dès que celui-ci tend à virer au rouge. Par ailleurs, n’hésitez pas à mieux vous renseigner auprès de votre conseiller bancaire pour éviter le piège des commissions d’intervention.