Les différences entre une assurance habitation classique et une assurance en colocation.

Plusieurs raisons peuvent motiver certaines personnes à choisir de vivre en colocation. Si vous avez fait ce choix, il faudra prendre certaines dispositions pour un « meilleur vivre ensemble ». Entre autres, il y a des formalités liées à la signature du bail de location, l’état des lieux et la remise des clés. Au-delà de tous ces éléments, il faudra aussi veiller à souscrire une assurance habitation pour couvrir les sinistres dans le logement. Alors, entre ce type de contrat d’assurance et celui d’une habitation classique, il y a bien des différences. Le point ici !

Les points de similitude

Entre un contrat d’assurance habitation classique et une assurance en colocation, il y a plusieurs points de similitude.

A lire aussi : Résiliation de votre assurance auto chez Groupama : tout ce que vous devez savoir

Le caractère obligatoire du contrat

En premier lieu, la loi du 6 juillet 1989 en son article 7 précise l’obligation de souscrire un tel contrat dans les deux cas. De façon concrète, à l’instar du locataire, le colocataire est tenu de souscrire une assurance contre les risques éventuels, et ce, avant la signature du bail de location.

Par ailleurs, l’assurance habitation doit prendre en compte la garantie « risques locatifs ». Le but d’une telle garantie, c’est de couvrir les dommages éventuels causés au logement loué. Ceux-ci peuvent provenir du locataire ou du colocataire.

A lire en complément : Comment résilier sa mutuelle avant date d’anniversaire ?

L’attestation d’assurance habitation

Que ce soit dans le cas d’une location ou d’une colocation, le locataire est tenu de fournir au propriétaire du logement, une attestation d’assurance habitation. Le document doit par ailleurs, être actualisé chaque année à la demande du bailleur. Le non-respect de cette dernière règle peut conduire à la résiliation du contrat de location.

Cas de la location meublée

Il faut préciser que toutes les règles d’assurance habitation présentées plus haut s’appliquent à la location vide. Cela dit, lorsque vous choisissez la location ou la colocation meublée, vous n’êtes pas soumis à l’obligation de souscrire une assurance habitation. Cependant, en dépit de cette liberté que donne la loi, vous aurez tout intérêt à souscrire un tel contrat.

En effet, en cas de sinistres, l’indemnisation reste à la charge du locataire ou des colocataires en l’absence d’assurance habitation. Cette protection, quoique minimale, vous aide donc à anticiper ces situations.

Le rôle du bailleur

Le propriétaire bailleur du logement à louer peut souscrire une assurance habitation pour le compte du locataire ou des colocataires. Que ce soit dans sa forme classique ou non, cette couverture doit prendre en compte la garantie « risques locatifs » uniquement. Le loyer des occupants sera alors majoré du montant de la prime à un taux de 10 %.

Les points de différence

assurance en colocation

Il est vrai qu’il n’existe pas d’assurance habitation colocation spécifique en raison des similitudes entre ce type de contrat et celui qui est « dit » classique. Toutefois, il y a aussi des points de divergence qui font la particularité du contrat dans le cas d’une colocation.

D’abord, il n’est pas nécessaire que tous les colocataires souscrivent l’assurance habitation. Il suffit qu’un seul colocataire souscrive ce contrat pour que les autres résidents soient couverts. Toutefois, cette assurance habitation obligatoire ne prend pas en compte, les dommages sur les colocataires ni ceux qui sont causés aux voisins par exemple. De plus, pour ce qui est des dommages causés, le coût des réparations est à répartir selon la participation de chaque colocataire au paiement du loyer.

Autre élément spécifique à l’assurance habitation en colocation, c’est que chaque colocataire peut souscrire le contrat. Dans ce cas, chacun bénéficie d’une protection individuelle. Ainsi, en plus de la garantie « risques locatifs » qui est obligatoire, il est recommandé de souscrire la garantie responsabilité civile.

Tous les locataires ont donc la possibilité de choisir un seul assureur ou chacun peut s’orienter vers l’assureur qui lui convient. Toutefois, cette dernière option est peu recommandée puisque cela rallonge le processus d’indemnisation en cas de sinistre.

Enfin, il est possible de souscrire un seul contrat d’assurance habitation en colocation. À la différence de l’assurance en location classique, tous les colocataires feront obligatoirement apparaître leurs noms sur le contrat. C’est un choix simple et vivement recommandé.

Les garanties d’une assurance habitation

Que vous envisagiez la colocation ou non, vous aurez le choix entre deux niveaux de garantie, à savoir la responsabilité civile ou la multirisque habitation. À cela, vous pouvez également envisager des options supplémentaires en fonction de la nature du logement, de ses annexes et de vos biens. Il est donc important de se renseigner sur ce que prend en charge l’assurance habitation en demandant des devis. Sachez que vous pouvez le faire en ligne en quelques clics. C’est rapide, gratuit et sans engagement. 

Pour être suffisamment couvert, vous devez donc commencer par faire le point sur vos besoins. Rassurez-vous, lorsque vous demandez un devis, vous devez répondre à quelques questions afin de les cerner. Sans grande surprise, nous vous conseillons plutôt de vous orienter vers une multirisque habitation, car les garanties sont bien plus complètes. En effet, la responsabilité civile ne va pas indemniser vos affaires personnelles, mais uniquement les dégâts matériels et immatériels causés à un tiers.

En ce qui concerne les options, c’est à voir en fonction de

  • votre budget
  • l’importance d’être bien couvert
  • l’indemnisation en cas de sinistre

Bien entendu, vous ne devez pas oublier de prendre en compte les exclusions de garantie. Il serait dommage de souscrire une assurance qui ne correspond pas à vos besoins. Ainsi, si vous avez des instruments de musique ou du matériel high-tech, vérifiez que votre matériel est bien couvert en cas de sinistre habitation. Vous devrez également veiller à bien conserver vos factures, sans quoi vous ne pourrez pas être indemnisé. Nous vous conseillons de les numériser et de les mettre sur un cloud, afin d’y avoir accès même en cas de vol de votre ordinateur ou d’un incendie dans le logement. Ainsi, vous pourrez les transmettre facilement en cas de besoin.