Quels sont les avantages et les inconvénients d’un compte joint en cas de décès ?

À l’ère des néo-banques, les offres intéressantes et les produits financiers avantageux envahissent le marché des services bancaires. Les avantages et les inconvénients d’un compte joint en cas de décès sont donc passés au crible par une clientèle de plus en plus exigeante. Certains se demandent s’il est toujours pertinent de choisir cette solution ou s’il vaut mieux se tourner vers une option plus récente. Levons le voile sur cet outil financier qui fait ses preuves depuis des années.

Les avantages d’un compte joint en cas de décès

Si l’accessibilité aux fonds disponibles sur le compte joint est le principal avantage de cet outil, ce dernier dispose de nombreux autres atouts.

A voir aussi : Le cours de l'action de Google en baisse après les résultats du trimestre

Un compte toujours fonctionnel en cas de décès

Les avantages et les inconvénients d’un compte joint en cas de décès sont multiples. Lorsqu’un fâcheux événement emporte l’un des titulaires de ce produit financier, celui ou ceux qui restent peuvent continuer à l’utiliser pour les dépenses courantes. Il n’est pas bloqué.

En outre, les autres titulaires peuvent le transformer en un compte personnel dans les mois qui suivent le décès. Si ceux-ci le souhaitent, ils ont également le droit de le fermer.

A voir aussi : Comment les actions à dividendes fonctionnent-elles ?

De nombreuses personnes n’hésitent pas à ouvrir un compte joint. Ce produit bancaire classique permet de gérer les dépenses communes et de les dissocier des fonds personnels. En outre, cette solution est disponible dans toutes les banques, de la formule classique aux services en ligne.

Des dépenses faciles à effectuer

Cet outil permet de régler les factures que son propriétaire a en commun avec d’autres personnes. En outre, il est utilisé pour payer les dépenses communes. Il s’agit surtout :

  • de l’hypothèque ou du loyer,
  • des voyages,
  • et des activités familiales.

Le compte joint permet aussi d’épargner collectivement en toute sérénité. Vous pouvez ainsi utiliser les fonds disponibles dans ce compte pour mettre de l’argent de côté en vue de financer un mariage, de faire des rénovations ou d’organiser les funérailles de l’un des titulaires.

Deux cartes bancaires offertes pour le prix d’une

On ne le répétera jamais assez, mais les avantages du compte joint sont indéniables. Il offre la possibilité d’avoir 2 cartes bancaires dont le code est unique. Chaque cotitulaire en possède une qu’il peut utiliser à sa guise. En outre, les heureux propriétaires disposent d’autres moyens de paiement comme un chéquier.

La signature d’un seul propriétaire permet de valider l’utilisation d’un chèque émis à partir du chéquier commun. Toutefois, il est fortement conseillé d’ouvrir ce compte avec une ou plusieurs personnes de confiance. En cas de décès, il est plus facile de contrôler l’utilisation faite des fonds.

Inconvénients du compte joint en cas de décès

Compte joint en cas de décès

Les avantages et les inconvénients d’un compte joint en cas de décès ne s’arrêtent pas là. Bien que les titulaires aient le droit d’utiliser le compte joint même après la mort de l’un d’eux, il peut arriver que l’accès à l’argent leur soit interdit dans certains cas.

Un accès bloqué

Le compte joint est bloqué par la banque en cas de conflit majeur avec les héritiers du défunt.

La moitié des fonds entrant dans la succession, les copropriétaires restants ne doivent en aucun cas utiliser la somme liée à l’héritage du défunt. Cette interdiction relève du bon sens et du respect mutuel.

En outre, le compte ne peut pas être transformé en compte individuel si l’un des héritiers exprime son désaccord de façon claire. En cas de solde négatif, le cotitulaire « survivant » doit rembourser les dettes contractées par le défunt, sur le principe de la solidarité du compte.

Une responsabilité partagée

La responsabilité solidaire du compte joint est un atout certes, mais elle peut aussi devenir pesante dans certains cas. En cas de dettes, de découvert non autorisé ou d’émission d’un chèque sans provision, la banque sanctionne l’ensemble des cotitulaires, sans distinction.

Il est fortement conseillé de désigner collectivement un responsable unique en cas d’interdiction bancaire avant d’ouvrir un compte joint. En cas d’irrégularités, cette personne devra rendre des comptes à la banque sans impliquer les autres.

En cas de non-régularisation, les cotitulaires sont tous frappés d’un interdit bancaire sur tous leurs comptes, qu’ils soient joints ou individuels.

Des problèmes en cas de conflit

En cas de conflit majeur, il est conseillé de fermer le compte joint pour limiter la casse. Toutefois, cette opération est impossible sans l’accord de l’ensemble des cotitulaires. Vous pouvez néanmoins vous désolidariser individuellement si l’un de vos cotitulaires s’oppose fermement à la fermeture du compte.